pourquoi ce besoin de silence?

philosophie et existence!

Il est des lieux de silences majeurs: certains ont un silence bien à eux, tout bruissant de ces choses qui ne s’y produisent jamais. Les bruits n’y peuvent rien: aucun ne les remplit.

Et puis il y a des lieux universels, où le silence est en quelque sorte générique. En ces lieux s’accumule le silence de tous les autres lieux. Des chevauchées de silences, des nappes des plans étagés. De fugaces paysages de silence. Appelons-les nuages, algues ou déserts, qu’importe? tous les riens se propagent dans l’espace et résonnent au point qu’on en pressent l’inaudible mélodie. Les mille et unes couleurs du blanc disposent un ciel sans fin. Toutes les saveurs de l’absence donnent leur ton. il n’y  plus qu’à profiter de tous les riens ambiants.

Vif, aigu, seul au morne, le toit luit: c’est le soleil d’après la pluie, L’herbe est grasse et le goudron brille. La pluie a laissé sur…

Voir l’article original 63 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s