Sic Fugit Tempus

Hortus Closus

illusion-of-time1

Painting by Svetoslav Stoyanov

Naissance dans un flot de douleurs et de joies
Découverte du vaste univers, premiers pas, premières dents,
Les premiers sourires, les premières peines
Et déjà l’école, les premiers amis, les punitions
Grandir, tout va plus vite, déjà les premiers émois
Les amis commencent à disparaître emportés par le flot de la vie,
Toujours plus vite, comme aspiré par le grand vide final,
Vous voilà parent à votre tour, travailler, élever ses enfants,
Tenter de leur assurer un avenir, vos enfants partent à leur tour,
Vous êtes, comme au début, seul avec l’être aimé.
Et soudain vous êtes là au bord du grand vide,
Vous vous retournez, vous regardez le chemin parcouru,
Des lumières l’illuminent: vos joies, vos bonheurs
Que vous n’avez pas toujours su reconnaître
Les zones d’ombres: vos peines, le mal que vous avez fait
Sans même parfois vous en rendre compte.
Vous vous…

Voir l’article original 14 mots de plus

Une réflexion sur “Sic Fugit Tempus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s