Le goûter de Noël

Chaque année, les Instituteurs de l’école Primaire Publique érigeaient un arbre de Noël dans la grande salle qui servait de cantine. La veille des vacances de Noël, on ne travaillait pas et chaque enfant attendait avec impatience l’heure du goûter préparé par Fine Cren, la cantinière. Fine connaissait parfaitement les goûts des enfants de la campagne. Elle réservait le chocolat à quelques enfants « gâtés » comme moi; son chocolat « maison » était d’ailleurs délicieux. Mais la plupart des petits campagnards buvaient du café dès l’âge de cinq ans et Fine les servaient copieusement. Comme l’école n’était pas riche, chaque enfant qui le pouvait apportait des gâteaux et partageait avec ses voisins moins fortunés . En conséquence, je mangeais rarement ce que préparait ma grand-mère. Chacun avait son bol aussi et le mien était régulièrement « emprunté » par un copain qui le trouvait joli. ça me chiffonnait, car j’ai toujours détesté boire dans un bol ébréché et, malheureusement, les bols de la cantine étaient souvent abîmés. Deux immenses tables de bois brut, sans nappe, bordées de bancs de bois pouvant accueillir six à huit convives chacun, meublaient toute la longueur de la salle . Chacun enjambait les bancs pour prendre place et c’était une belle pagaille au départ, car chacun voulait aussi rester près de ses copains et jouait des coudes pour déloger les envahisseurs.

Quand le calme état revenu; Fine servait les enfants, un à un. Un « grand » de la classe du certificat d’études aidait à la distribution des gâteaux. Tout le monde louchait du côté du sapin, au pied duquel une montagne de jouets attendait les plus jeunes. Nous nous dépêchions de finir notre goûter car Monsieur le Directeur attendait ce moment pour procéder à la distribution des jouets. Le père Noêl ne passait pas pour les plus grands. Chez eux non plus d’ailleurs…Dans les fermes, les Parents avaient bien d’autres choses à faire. Il aurait fallu venir au bourg à pied ou à bicyclette sous la pluie ou dans la neige, par un froid glacial pour acheter des choses inutiles. Inconcevable ! à l’occasion on achèterait un vêtement neuf pour le dimanche ou des chaussures solides. Quelque chose d’utile, en somme…Alors, les « grands » avaient beau avoir  entre dix et quinze ans, ils regardaient d’un air envieux les cadeaux offerts aux petits. Pour les filles, il y avait chaque année des poupées, des planches à repasser, des dînettes et pour les garçons , les traditionnels camions de pompiers, les outils de jardinage ou les épées en bois.  Personne n’était déçu par le Père Noël de l’école. Nous rentrions chez nous en courant, tout fiers de montrer à nos parents et grands Parents ce que nous avions reçu. Les cadeaux étaient rares pendant l’année et celui-ci était donc particulièrement apprécié !

Chose curieuse, personne ne recevait de livre, pas même un livre de contes…Les livres étaient donnés en fin d’année par les Instituteurs aux élèves qui aimaient lire. Pour les autres, c’était un cadeau inutile. L’Ecole de Guiscriff donnait dans le pratique. Les enfants étaient mentalement préparés à leurs tâches d’adultes et orientés en conséquence, et tout le monde trouvait ça normal. Je me souviens encore de la fierté ressentie lorsque j’ai reçu du Père Noël une « Jeannette » pour le repassage. C’était un jouet de « grande avec lequel je pouvais assumer mon rôle de mère auprès de ma poupée !  Chacun était bien à sa place dans la société des années 50 et l’apprentissage commençait tôt. Aller à l’encontre des idées du Père Noël aurait été scandaleux et nous avions toute la vie pour faire la part des choses.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s