Mon amie Suzanne

nous a quittés pour toujours. Cette petite femme frêle et énergique avait un  caractère fort et une gouaille qui ne laissait personne indifférent. Jolie comme un coeur, toujours coquette, elle ne laissait pas paraitre ses 80 printemps. Grande amatrice de thé elle savait mieux que personne raconter la vie de sa ville devant une tasse du breuvage sacré et ne dédaignait pas de se laisser admirer par ses anciens soupirants, tout en décrivant avec force détails pourquoi elle ne les avait pas épousés jadis ou naguère. Un rien la faisait rire. Elle était née à Pont-Aven et connaissait tout le monde, de sorte que, sortir avec elle était une gageure, car il fallait s’arrêter tous les dix pas pour saluer telle ou telle personne. Elle m’avait présentée à tout le monde et je suis restée pour tous  » l’amie de Suzanne », car peu de gens connaissent mon nom. Cette femme, si pleine de vie, avait un énorme problème avec la nourriture. Elle parlait sans cesse de ce qu’elle avait mangé ou de ce qu’elle aurait voulu manger, et pourtant… elle ne mangeait pas. Son congélateur regorgeait de victuailles qu’elle distribuait autour d’elle, consciente qu’elle n’en ferait rien, car elle se contentait de thé et de pain sec. Son petit gabarit ne la prédisposait pas à être une grande dévoreuse, mais, après le décès de son mari, elle s’était laissée emporter par une forme de dépression  qui l’avait rendue anorexique. Notre amitié qui lui assurait de trouver ma porte toujours ouverte l’avait aidée à surmonter partiellement son chagrin, mais  tous ses voisins s’apercevait bien qu’elle dépérissait; à tel point que la femme du médecin lui apportait chaque jour des crêpes qu’elle distribuait ,comme le reste, à son entourage.

Suzanne se plaignait rarement  Il lui arrivait tout de même de me dire qu’elle avait parfois mal au dos. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’il ne lui restait que trois mois à vivre ! Le médecin semblait rassurant…mais lorsqu’on lui a confié la pompe à morphine, j’ai compris qu’elle ne sortirait pas vivante de sa chambre d’hôpital. De fait, elle est morte deux jours plus tard. Le cancer des os ne pardonne pas .

…Perdre une amie comme Suzanne, c’est perdre une partie de soi. Aujourd’hui encore, lorsque je pense à elle, j’en ai les larmes aux yeux. Malgré notre grande différence d’âge, nous étions plus unies que deux soeurs. Elle , qui avait été élevée chez les Religieuses de Saint-Guénolé et qui n’avait jamais osé aborder certains sujets de conversation, me posait parfois des questions farfelues sur l’homosexualité ou sur des sujets libertins. La surprise passée, j’éclatais de rire. Comment? après deux mariages elle ne connaissait pas encore la réponse à ses questions ?? elle me regardait d’un air surpris. Ben non…elle n’avait jamais osé demander ça à ses conjoints…

Suzanne adorait Gigi, mon petit chien blond et Gigi lui rendait bien son affection. Parfois, l’hiver, quand elle n’avait pas le moral, elle  » empruntait » Gigi pour la nuit et dormait avec lui. Elle le faisait manger à table et, pendant la journée, Gigi avait droit à son fauteuil dans le salon. Certes, c’était un confort dont il ne disposait pas à la maison et Gigi avait fait de la maison de Suzanne sa résidence secondaire. Il y allait toujours avec entrain et, lorsque nous passions dans la rue, Gigi s’arrêtait systématiquement sur le seuil de la maison de Suzanne, sans jamais se tromper de porte.

Tous les deux m’ont quittée à jamais. Gigi a rendu l’âme un an après Suzanne, et moi…je reste là avec le souvenir de ces deux amitiés indéfectibles et éternelles.

Publicités

Une réflexion sur “Mon amie Suzanne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s