Il existe trois sortes d’hommes

Frederic.Baylot.org

Marine - L'empereur des singes - Cortegianni - Tranchand - Guenard - 1986

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ». Rares sont les discours sur la mer qui omettent ce passage obligé par Baudelaire, contribuant à ériger ce vers en adage prophétique, au risque d’oublier le sombre dernier quatrain qui rappelle la lutte implacable à laquelle se livrent l’homme et la mer depuis des siècles. Lorsque l’on déplore l’insuffisante prise en compte en France de la mer dans la conception de la puissance de la nation, c’est à Richelieu que l’on attribue la sentence selon laquelle « Les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée ».

Voir l’article original 250 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s