Jardins persans et orientaux

Le paradis sur terre

Le paradis sur terre ? Rien moins qu’un jardin persan…

Aujourd’hui, dans notre environnement urbain et artificialisé, les jardins offrent d’indispensables havres pour la promenade et le retour à la Nature. Rien de tel dans la haute Antiquité, quand les hommes devaient supporter une nature rude et hostile !

Sur les plateaux iraniens au climat subdésertique, ils ont inventé des lieux clos à l’abri des bêtes sauvages et des brigands, du sable et de la sècheresse.

En ces lieux rectangulaires, entourés d’une galerie couverte, les bassins et l’eau jaillissante, les fleurs et les oiseaux composent un décor propre à l’exaltation des sens. On ne s’y promène pas mais l’on s’y recueille afin de voir, sentir et écouter…

Faut-il s’étonner si l’expression par laquelle les Persans désignaient un lieu clos (pairiḍaēza) a désigné dans la Bible le jardin d’Éden et est devenue dans notre langue le« paradis » ?

Le prince Alamshah Rustam et son amoureuse Mihr Afruz dans un pavillon de jardin (Inde, XVIe siècle, Albert and Victoria Museum, Londres)

Jardins persans

Dans l’ancienne Perse, les jardins avaient une signification religieuse qui nous reste mystérieuse, avec des plate-bandes de fleurs qui s’ordonnaient systématiquement autour d’un bassin en croix.

Ce motif géométrique se retrouve sur les tapis, avec également de nombreuses représentations de fleurs. On parle alors de tapis-jardins, comme le légendaire Bahar i Khosro (« Le printemps de Chosroès ») dont les 25 m2 ornaient la salle d’audience du palais de Ctésiphon, au sud de Bagdad, au VIe siècle.

Des théologiens chrétiens auraient vu dans le jardin persan une évocation de la croix du Christ. Au Moyen Âge, ce « paradis » a été réinventé sous la forme du cloître, avec une galerie autour de laquelle circulent les moines en communion avec le ciel. Le climat tempéré de l’Europe a toutefois entraîné la disparition des bassins et leur remplacement par un simple puits.

Prince dans un jardin (miniature séfévide, vers 1525, Iran, Metropolitan Museum of Arts, NY)L’islam, quand il s’est implanté en Perse, a aussi adopté ses jardins. Les théologiens musulmans, quant à eux, ont vu dans les quatre branches des bassins rituels une préfiguration des fleuves que le Coran décrit comme étant ceux du paradis (le mot est ici employé dans son sens contemporain : le séjour des bienheureux) :

« Voici la description du Jardin promis à ceux qui craignent Allah. Il y aura là des fleuves dont l’eau est incorruptible, des fleuves de lait au goût inaltérable, des fleuves de vin, délices pour ceux qui en boivent, des fleuves de miel purifié. Ils y trouveront aussi toutes sortes de fruits et le pardon de leur Seigneur » [Coran XLVII, 15] (…).

Les jardins arabes

Historien et urbaniste spécialiste des jardins orientaux, Mohamed Métalsi nous présente les jardins orientaux, arabes ou persans.

Dans cet entretien enregistré le 1er juin 2015, à l’occasion des premiers Rendez-Vous de l’Histoire du monde arabe (Institut du Monde Arabe, Paris), il souligne leurs caractéristiques : adaptation à un climat semi-aride, fermeture et intimité etc.

HERODOTE .NET

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s