Au temps où vous m’aimiez (Paul Verlaine)

Arbrealettres


Au temps où vous m’aimiez (bien sûr?),
Vous m’envoyâtes, fraîche éclose,
Une chère petite rose.
Frais emblème, message pur:
Elle disait en son langage
Les « serments du premier amour » :
Votre coeur à moi pour toujours
Et toutes les choses d’usage.
Trois ans sont passés. Nous voilà!
Mais moi j’ai gardé la mémoire
De votre rose, et c’est ma gloire
De penser encore à cela.

(Paul Verlaine)

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s