La Chine entame 2017 sous une chape de pollution

Blog Archipel des Sciences

Pékin a entamé la nouvelle année sous un épais brouillard à la concentration de particules nocives 20 fois supérieure aux normes internationales.

Après un long épisode de pollution en décembre 2016, la capitale chinoise était à nouveau recouverte au 1er janvier 2017 d’une brume grisâtre à l’odeur âcre, qui limitait la visibilité à quelques centaines de mètres. Perdues dans le « smog », des enseignes lumineuses en haut des gratte-ciels semblaient flotter dans le vide, tandis que certains touristes se pressant autour de la Tour du tambour – monument emblématique du vieux Pékin – arboraient des masques respiratoires, a constaté l’AFP.

La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5) – particulièrement dangereuses car elles pénètrent profondément dans les poumons – a dépassé dimanche 1er janvier 500 microgrammes par m3, selon les relevés de l’ambassade américaine rapportés par le site aqicn.org. Un taux très au-dessus du seuil maximal…

View original post 344 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s